L’ordonnance du 3 mars 1945

L’UNAFet les UDAF sont nées de la volonté d’organiser le dialogue entre les familles représentées par leurs associations et les Pouvoirs publics. Les premières associations familiales sont apparues en France à la fin du 19ème siècle. Elles avaient alors surtout pour but d’organiser l’entraide entre les familles. Progressivement, elles ont étendu leur vocation à la défense des intérêts des familles à tous les niveaux. De leur côté, les Pouvoirs publics ont voulu, dès le début du 20ème siècle, reconnaître aux familles une place spécifique dans les institutions de la République. En 1945, face aux défis de la reconstruction, le gouvernement de la République s’est trouvé confronté à l’urgence d’une politique familiale volontariste et ambitieuse. Pour définir cette politique et la mener à bien, il a souhaité s’appuyer, aux plans local et national, sur l’ensemble des familles françaises. Décision a été prise de créer une institution qui les représente toutes et dans toutes leurs diversités. Le 3 mars 1945, l’ordonnance n° 45-323 du 3 mars 1945 institue l’UNAFet les UDAF. Une loi renforcera ses missions en 1975, en améliorant la représentation des mouvements familiaux nationaux. Cette ordonnance :

  • institue un corps familial unique et un monopole de la représentation publique de toutes les familles en France au bénéfice de l’Union Nationale des Associations familiales (UNAF) et des Unions Départementales d’Associations Familiales (UDAF).
  • restaure le pluralisme d’expression, plus conforme aux traditions libérales de notre droit public et regroupe ainsi toutes les formes d’opinion familiale dans le cadre d’associations déclarées, librement crées dans le cadre de la loi du 1er juillet 1901.
  • compare l’instauration de ce corps familial au cadre d’action donné aux syndicats à la fin du XIXème siècle.

Le préambule de cette ordonnance dit que l’Institution familiale apporte une contribution très active à la vie sociale. L’Institution familiale est ainsi reconnue à la dimension de syndicats d’intérêts. C’est ce statut particulier qui permet aux unions d’associations familiales d’exercer des droits et des responsabilités officielles auprès des pouvoirs publics, tout en ayant une très grande liberté de pensée. C’est ainsi que le législateur assure à l’institution familiale le monopole et la pérennité. Il se dote d’un interlocuteur unique et permanent portant la parole de toutes les familles. Ce dispositif voulu par le Législateur est un outil de régulation de la vie sociale, ancré dans la durée qui permet à l’UNAF et aux UDAF d’être reconnues comme acteur de la vie sociale. Elles sont les partenaires institutionnels des pouvoirs publics dans tous les domaines de la politique familiale.

<< Retour

Accompagner - Développer - Défendre

22 cours du Temple
BP 430
07000 Privas Cedex
Tél : 04 75 64 82 61
Fax : 04 75 64 78 14
Mel : udaf.ardeche@wanadoo.fr