L’enfant

Un enfant ne devient pas une personne sous l’effet de l’âge et de l’éducation. Il est par essence une personne titulaire des droits reconnus à la personne. Responsabilité d’autant plus lourde pour ses parents, l’école, les médias et la société qu’ils ont vis-à-vis de lui le devoir de l’aider à se réaliser : homme ou femme – citoyen libre – responsable et solidaire.

Un enfant a besoin d’une mère et d’un père. Le fait qu’un couple se désunisse ne doit jamais faire oublier à l’un, ni à l’autre qu’ils resteront toujours le père et la mère de leur enfant. Un enfant ne divorce pas de ses parents.

Un enfant non responsable du statut de ses parents, de leurs erreurs, voire de leurs fautes, ne doit pas en être la victime. Nul n’a un droit sur l’enfant : « Mon enfant n’est pas une créance sur laquelle s’exerce un droit. »

Un enfant restera toujours le fils ou la fille de ses parents. Revendiquer le « droit à l’enfant » pourrait faire courir le risque de prétendre un jour s’attribuer un « droit sur l’enfant ».

Un enfant n’est pas la propriété de l’Etat, ni celle d’une Eglise, d’une école de pensée ou d’un parti politique. Il n’est pas non plus la propriété de ses parents. Il est certes l’enfant d’une famille, d’une époque, d’une nation, mais avant tout, il est une personne. Comme tel, l’enfant doit être respecté, accompagné, protégé et aimé pour lui-même.

Un enfant est une personne autour de laquelle doit se nouer un ensemble d’affections, de protections et de solidarités (celles de ses parents et de la Nation) pour lui permettre d’acquérir l’autonomie. C’est le rôle de l’éducation. C’est l’une des priorités de la politique familiale.

<< Retour

Dans la même rubrique

Accompagner - Développer - Défendre

22 cours du Temple
BP 430
07000 Privas Cedex
Tél : 04 75 64 82 61
Fax : 04 75 64 78 14
Mel : udaf.ardeche@wanadoo.fr